Filtrer partune

Filtrer par

Prix

  • 155,00 € - 9 990,00 €

Marque

Type d'amplification

Digital Analog Converter (DAC)

Entrée(s) Analogique(s)

Entrée(s) Numérique(s)

Sortie Casque

Bluetooth

Application de gestion

Fonctionnalités connectés

Format Audio

Applications

Il y a 93 produits.

Filtres actifs

Affichage 1-12 de 93 article(s)

Amplificateurs HI-FI

Un amplificateur Hi-Fi intégré est une pièce maîtresse dans les systèmes audio de haute fidélité, fusionnant les fonctionnalités de préamplification et d'amplification de puissance en un seul appareil. Cette combinaison vise à simplifier le sytème stéréo tout en conservant une excellente qualité sonore. Les préamplificateurs intégrés traitent les signaux de faible amplitude provenant de sources variées, telles que les lecteurs CD, les platines vinyles et les lecteurs réseau. Ces signaux, une fois ajustés pour le volume et parfois pour la tonalité, sont transmis à l'amplificateur de puissance où ils sont amplifiés puis transmis aux haut-parleurs.

Amplificateur Haute Fidélité : L'aspect technique

Lorsqu'il s'agit de reproduire une expérience audio de qualité, les amplificateurs haute fidélité occupent une place centrale, constituant l'épine dorsale de tout système audio sophistiqué. Il est donc important de comprendre comment et avec quelles technologies un amplificateur intégré fonctionne.

Rôle de chacun des éléments

Au cœur de tout système audio haute fidélité, le préamplificateur et l'amplificateur de puissance jouent des rôles complémentaires cruciaux pour assurer la pureté et la puissance du son. Les signaux audio issus de diverses sources, qu'il s'agisse de platines vinyles, de lecteurs CD ou de flux numériques, sont initialement très faibles et doivent être traités avant de pouvoir être utilisés efficacement.

Le préamplificateur sert de première étape dans cette chaîne de traitement. Sa tâche principale est de recevoir les signaux niveau et de les traiter afin que l'amplificateur de puissance puisse les gérer. Le préamplificateur offre souvent des options pour ajuster le volume et la tonalité, permettant aux auditeurs de peaufiner le son selon leurs préférences personnelles et les spécificités de l'environnement d'écoute. Le préamplificateur à toutefois une fonction contre intuitive car le volume, sur certains types de matériel, est graduée en négatif car on réduit le niveau du signal ! Cette atténuation est cruciale pour éviter la surcharge de l'amplificateur de puissance qui suit, ce qui pourrait conduire à des distorsions indésirables. Différentes sources peuvent avoir des niveaux de sortie très variés. Le préamplificateur permet d'égaliser ces niveaux pour assurer une qualité de son uniforme et contrôlée, indépendamment de la source utilisée. Cela est particulièrement important dans les systèmes audio haut de gamme où la précision du son est primordiale.

L'amplificateur de puissance prend le relais là où le préamplificateur s'arrête. Il reçoit le signal pré-amplifié et l'amplifie davantage pour atteindre un niveau de puissance suffisant pour alimenter les enceintes. Cette étape est vitale car elle doit fournir suffisamment de puissance pour que les enceintes produisent un son clair et préçis sans distorsion, même à des volumes élevés. L'efficacité de l'amplificateur est donc directement liée à la qualité du son final perçu par l'auditeur.

La conception de ces amplificateurs nécessite une attention méticuleuse aux détails techniques pour minimiser les interférences et les distorsions qui pourraient dégrader la qualité du son. Les ingénieurs utilisent diverses techniques et technologies, telles que les circuits à composants discrets, les configurations push-pull, et les topologies d'amplification avancées comme les amplificateurs de classe A, B et D, pour optimiser la performance audio de ces appareils.

En combinant efficacement un préamplificateur et un amplificateur de puissance dans un seul appareil, un amplificateur intégré simplifie la chaîne audio sans compromettre la qualité sonore, offrant ainsi une solution élégante et performante pour les amateurs de musique soucieux de fidélité audio. Ce premier point jette les bases nécessaires pour comprendre comment les amplificateurs traitent et amplifient les signaux audio.

Chemin du signal

Dans un amplificateur Hi-Fi intégré, le chemin du signal audio suit un processus méticuleusement conçu pour maximiser la fidélité et la clarté du son. Ce voyage commence lorsque le signal, provenant de sources variées telles que des lecteurs CD, des platines vinyles, ou des appareils numériques, entre dans l'amplificateur intégré.

D'abord, le signal faible est reçu par la section de préamplification de l'appareil. Ici, le signal est soigneusement amplifié à un niveau plus gérable tout en préservant sa qualité originale. Le préamplificateur ajuste également l'impédance du signal pour optimiser la transmission à l'étape suivante, tout en offrant la possibilité de modifier le volume et la tonalité selon les besoins de l'utilisateur. Cette étape est essentielle pour préparer le signal à être traité plus intensivement sans perte de détails ou introduction de bruit.

Après le préamplificateur, le signal amplifié est dirigé vers l'amplificateur, où il subit une amplification supplémentaire. L'amplificateur de puissance doit transformer ce signal déjà traité en un courant assez fort pour alimenter les haut-parleurs. C'est à cette étape que le signal est vraiment élevé à un niveau de puissance capable de produire un son clair et fort à travers les enceintes. L'efficacité de cette transformation est cruciale pour garantir que le son final soit non seulement puissant mais aussi exempt de distorsion audible.

Tout au long de ce processus, chaque composant de l'amplificateur est conçu pour minimiser les interférences et la distorsion. Des technologies comme la compensation de croisement dans les amplificateurs de classe AB, ou l'utilisation de modulations de largeur d'impulsion dans les amplificateurs de classe D, contribuent à améliorer l'efficacité et la clarté du son produit. La gestion soigneuse de la réponse en fréquence et du rapport signal-bruit est également essentielle pour assurer que l'amplificateur reproduise fidèlement chaque nuance du signal audio.

Amplificateur Hi-Fi : Les différentes classes d'amplification

Dans le domaine des amplificateurs stéréo, la classification des amplificateurs est un sujet fondamental pour comprendre les différences dans leur conception, performance et application. Il est important de comprendre en détail les divers types d'amplificateurs, chacun caractérisé par ses méthodes de fonctionnement uniques et ses implications en termes de rendement énergétique, de qualité sonore, et de complexité technique.

Amplificateur de classe A

Les amplificateurs de classe A fonctionnent en maintenant leurs dispositifs de sortie (transistors ou tubes) actifs en permanence, couvrant l'intégralité du cycle du signal d'entrée, sans jamais les éteindre durant le cycle, même lorsqu'il n'y a pas de signal audio à amplifier, ce qui entraîne une grande consommation d'énergie. Cela signifie que le dispositif de sortie est toujours en mode de conduction, évitant ainsi la distorsion de croisement que l'on retrouve souvent dans d'autres classes d'amplificateurs. Cela se traduit par une reproduction sonore très linéaire et stable, avec une distorsion harmonique extrêmement faible.

Les amplificateurs de classe A sont moins efficaces sur le plan énergétique, avec une efficacité maximale autour de 25% ou même moins. Cette inefficacité est due au fait que les dispositifs de sortie consomment de l'énergie en continu, même en l'absence de signal audio, transformant une grande partie de cette énergie en chaleur plutôt qu'en son. En conséquence, ces amplificateurs ont tendance à générer beaucoup de chaleur et nécessitent des dissipateurs thermiques substantiels et une ventilation efficace pour éviter la surchauffe.

La simplicité de conception des amplificateurs de classe A est un autre avantage. Avec moins de composants impliqués dans la production du son, il y a moins de risques de défaillance technique, ce qui peut améliorer la fiabilité et la durabilité de l'amplificateur. Néanmoins, cette simplicité vient avec des coûts et des défis physiques, notamment en termes de taille et de poids de l'appareil en raison de la nécessité d'incorporer des composants robustes capables de gérer de grandes quantités de chaleur.

Amplificateur de classe B

Les amplificateurs de classe B représentent une approche intéressante dans la conception des amplificateurs audio, visant à améliorer l'efficacité énergétique par rapport aux amplificateurs de classe A, tout en présentant des défis spécifiques en termes de qualité sonore due à certaines formes de distorsion. Leur fonctionnement repose sur un principe où chaque transistor de sortie ne conduit que pendant la moitié du cycle du signal audio. Cela signifie que dans un amplificateur de classe B typique, deux transistors travaillent en configuration push-pull : un transistor gère la moitié positive du cycle du signal, tandis que l'autre prend en charge la moitié négative.

Ce mode de fonctionnement permet une efficacité énergétique substantiellement meilleure que celle des amplificateurs de classe A. En effet, dans un amplificateur de classe B, les transistors ne sont actifs que pour la moitié de chaque cycle de signal, réduisant ainsi considérablement la consommation d'énergie et la production de chaleur en comparaison avec les amplificateurs de classe A où les transistors sont en activité continue. L'efficacité théorique maximale des amplificateurs de classe B peut atteindre jusqu'à 78.5 %, ce qui les rend très attrayants.

Cependant, cette efficacité vient avec un inconvénient majeur : la distorsion de croisement. Ce type de distorsion se produit au point où la sortie passe de l'un des transistors à l'autre, à zéro volt. À ce moment de transition, aucun des transistors ne conduit parfaitement, ce qui peut entraîner un moment où le signal n'est pas amplifié correctement. La distorsion de croisement est typiquement le plus grand défi technique à surmonter dans la conception des amplificateurs de classe B. Pour atténuer ce problème, les concepteurs d'amplificateurs peuvent employer diverses techniques. L'une des plus courantes est l'ajustement minutieux du point de polarisation des transistors pour minimiser le temps pendant lequel aucun des deux transistors ne conduit le signal. D'autres approches incluent l'utilisation de circuits de correction de la distorsion ou le déploiement de dispositifs semi-conducteurs avancés qui peuvent commuter plus rapidement et avec moins de résistance à la transition.

En outre, les amplificateurs de classe B sont souvent préférés dans les applications où la taille et le coût sont des considérations importantes, grâce à leur simplicité relative et à leur efficacité en termes de coût par rapport à la classe A. Les amplificateurs de classe B offrent un compromis intéressant entre efficacité énergétique et performance audio. Bien que la distorsion de croisement représente un défi significatif, les avancées technologiques et les innovations en conception continuent d'améliorer la capacité de ces amplificateurs à fournir une qualité sonore acceptable pour de nombreuses applications tout en conservant une efficacité énergétique élevée.

Amplificateur de classe A/B

Les amplificateurs de classe AB sont conçus pour combiner les avantages des classes A et B d’amplification, tout en minimisant leurs inconvénients respectifs. Ce type d'amplificateur est très prisé pour sa capacité à offrir une excellente qualité sonore avec une efficacité énergétique supérieure à celle des amplificateurs de classe A et moins de distorsion de croisement par rapport à ceux de classe B.

Le fonctionnement des amplificateurs de classe AB repose sur un réglage très précis du point de polarisation des transistors de sortie. Contrairement aux amplificateurs de classe B où chaque transistor ne conduit que pendant une moitié du cycle du signal audio, dans un amplificateur de classe AB, chaque transistor est actif un peu plus de la moitié du temps. Cela permet de réduire significativement la distorsion de croisement que l’on observe dans les amplificateurs purement de classe B, car les transistors dans un système de classe AB ne sont jamais complètement désactivés.

La clé de cette performance réside dans le réglage de la polarisation des transistors de telle sorte que chacun d'eux reste légèrement conducteur, même lorsqu'aucun signal n'est appliqué. Ce léger courant de repos garantit que les transistors sont prêts à prendre en charge le signal avant et après le point zéro, éliminant ainsi les distorsions associées à l'activation et à la désactivation complètes des transistors. Ce courant de repos est nettement inférieur à celui utilisé dans un amplificateur de classe A, permettant ainsi une meilleure efficacité énergétique.

En matière de conception, les amplificateurs de classe AB nécessitent des dispositifs de sortie capables de gérer les transitions douces entre la conduction des transistors. Les concepteurs doivent également prêter attention à la gestion de la chaleur, car bien que ces amplificateurs soient plus efficaces que ceux de classe A, ils génèrent tout de même plus de chaleur que les amplificateurs de classe B. L'emploi de dissipateurs thermiques adéquats et une bonne ventilation sont essentiels pour maintenir la fiabilité et la longévité de l'appareil.

Les avantages d’un amplificateur de classe AB incluent non seulement une réduction significative de la distorsion de croisement, mais également une efficacité énergétique qui, bien que ne rivalisant pas avec celle des amplificateurs de classe D, est suffisamment élevée pour rendre ces amplificateurs attractifs pour une utilisation domestique et professionnelle. Ils sont capables de fournir une puissance de sortie élevée et une qualité sonore très satisfaisante sans les inconvénients d'une consommation énergétique excessive ou d'une complexité excessive dans la gestion thermique.

Amplificateur de classe D

Les amplificateurs de classe D sont distincts des classes A, B et AB principalement en raison de leur approche radicalement différente de l'amplification du signal audio. Conçus pour offrir une efficacité énergétique maximale, ces amplificateurs utilisent une technique de modulation de largeur d'impulsion (PWM) pour convertir les signaux audio analogiques en une série de signaux numériques de haute fréquence, ce qui leur permet de fonctionner avec une efficacité pouvant atteindre 90% ou plus.

Dans un amplificateur de classe D, le signal audio analogique initial est d'abord traité par un processeur qui le convertit en un signal de PWM. Ce signal représente l'audio sous forme d'une série d'impulsions de durée variable, où la durée de chaque impulsion est proportionnelle à l'amplitude du signal audio à cet instant précis. Le cœur de l'opération dans un amplificateur de classe D est le commutateur de sortie, généralement composé de transistors à effet de champ (FET), qui s'ouvrent et se ferment à une fréquence très élevée, souvent supérieure à 400 kHz. Cette fréquence de commutation rapide est bien au-delà de la portée de l'audition humaine, ce qui minimise les risques de distorsion audible.

L'un des principaux avantages de la classe D réside dans sa capacité à réduire les pertes de puissance. Étant donné que les transistors dans un amplificateur de classe D ne sont jamais partiellement ouverts (ils sont soit complètement fermés soit complètement ouverts), ils ne dissipent pratiquement pas de chaleur. Cette efficacité provient du fait que les pertes de puissance sont principalement générées par la résistance rencontrée lorsque le courant passe à travers un transistor partiellement ouvert. Dans un amplificateur de classe D, ces moments sont presque inexistants, ce qui explique pourquoi ils sont capables de maintenir une efficacité thermique et énergétique si élevée.

Cependant, la classe D présente certains défis techniques, notamment en matière de filtration et de fidélité du signal. Après la commutation, le signal de PWM doit être filtré pour enlever la fréquence de commutation haute et récupérer le signal audio analogique dans une forme pure avant qu'il ne soit envoyé aux haut-parleurs. Ce processus est réalisé à l'aide de filtres passe-bas qui doivent être soigneusement conçus pour éviter toute distorsion du signal audio récupéré. De plus, la qualité de la reproduction audio peut être affectée si le filtrage n'est pas effectué correctement, ce qui peut introduire des erreurs temporaires ou des distorsions résiduelles.

En conclusion, les amplificateurs de classe D représentent une avancée significative dans la technologie d'amplification audio, offrant des niveaux d'efficacité énergétique inégalés tout en posant de nouveaux défis en termes de conception de filtres et de gestion de la fidélité audio. Leur adoption continue dans une gamme croissante d'applications audio témoigne de leur potentiel à révolutionner le domaine de l'amplification.

Comment choisir un amplificateur intégré ? :

Choisir un amplificateur intégré implique de prendre en compte plusieurs facteurs pour s’assurer que l'appareil répondra à vos besoins spécifiques en termes de qualité audio, de fonctionnalités, et de compatibilité avec les autres composants de votre système audio. Voici quelques éléments clés à considérer lors de la sélection d'un amplificateur intégré :

Puissance de sortie :

La puissance de sortie, exprimée en watts, est cruciale pour déterminer si l'amplificateur peut alimenter efficacement vos enceintes. Assurez-vous que la puissance de l'amplificateur est appropriée pour vos haut-parleurs, en tenant compte de leur sensibilité et de l'impédance. Une puissance insuffisante peut entraîner une distorsion, tandis qu'une puissance excessive peut endommager vos enceinte. Il est important de noter que la puissance indiquée est souvent la puissance maximale à la crête ; cependant, ce seul chiffre ne reflète pas nécessairement la qualité globale de l'amplificateur. La puissance effective dépend aussi de la classe de l'amplificateur, ce qui influence la qualité du son produit.

Compatibilité des haut-parleurs :

Il est essentiel de vérifier l'impédance et la puissance nominale des haut-parleurs pour vous assurer qu'elles correspondent aux spécifications de l'amplificateur. Une mauvaise correspondance d'impédance peut non seulement affecter les performances sonores mais également risquer d'endommager l'amplificateur.

Réponse en fréquence :

La réponse en fréquence de l'amplificateur indique la gamme de fréquences que l'appareil peut reproduire. Un bon amplificateur intégré devrait couvrir une large bande passante, de 20 Hz à 20 kHz, qui est la gamme d'audition humaine typique, avec peu de variation dans cette plage.

Rapport Signal/Bruit :

Le rapport signal/bruit (SNR) mesure la clarté du son en comparant le niveau du signal audio au niveau de bruit de fond de l'amplificateur. Un SNR élevé signifie un fond sonore plus propre et moins de bruit perceptible lors de l'écoute, améliorant ainsi la qualité globale du son.

Connectivité :

Prenez en compte les types de connecteurs disponibles sur l'amplificateur, incluant les entrées pour sources analogiques et numériques, les sorties pour enceintes, et éventuellement les options pour les casques. La présence de connexions numériques modernes comme l'USB, l'HDMI, le Wi-Fi ou le Bluetooth peut être un avantage significatif si vous prévoyez d'utiliser l'amplificateur avec des appareils numériques modernes. Cependant, il est recommandé de privilégier les entrées analogiques ou numériques et/ou l'utilisation de sources dématérialisées via internet, notamment via des applications propriétaires si l'amplificateur dispose d'un lecteur réseau intégré. Le Bluetooth doit toujours être utilisé comme dernière source il s'agit d'un moyen de communication qui impactera grandement la restituion sonore, c'est pourquoi nous le recommandons très peu.

Fonctions supplémentaires :

Les fonctions supplémentaires telles que les commandes de tonalité, les filtres de crossover pour l'intégration de subwoofers, ou les systèmes de calibration peuvent enrichir votre expérience audio, bien qu'elles ne soient pas essentielles.

Budget et qualité de construction :

Le budget est un facteur déterminant dans le choix d'un amplificateur intégré. Équilibrez votre budget avec les exigences de qualité, en tenant compte non seulement des caractéristiques techniques mais aussi de la durabilité et de la qualité de construction de l'appareil.

Écouter avant d'acheter :

Si possible, testez l'amplificateur avec vos propres enceintes ou dans une configuration similaire à celle que vous avez chez vous. L'écoute personnelle est souvent le meilleur moyen de juger si un amplificateur répond à vos attentes en matière de qualité sonore.